Actualité

Nouvelle-Calédonie : chute du gouvernement collégial après la démission des indépendantistes

Le gouvernement collégial de la Nouvelle-Calédonie est tombé mardi après la démission des indépendantistes de l’exécutif, en raison du “processus de vente” d’une usine de nickel du groupe brésilien Vale, qui cristallise les tensions.

Le gouvernement collégial de Nouvelle-Calédonie est tombé, mardi 2 février, après la démission des indépendantistes de l’exécutif, qui ont dénoncé “l’impasse et l’immobilisme” dans l’archipel, où la vente d’une usine de nickel crée depuis plusieurs mois un climat de tension.        

Les indépendantistes du FLNKS disposent de cinq membres de l’exécutif sur onze. Leur démission, ainsi que celle de leurs suivants de liste, entraîne de facto une chute du gouvernement collégial, élu par les membres du Congrès. Un nouveau gouvernement devra être élu dans un délai de quinze jours, selon le statut de l’accord de Nouméa (1998).       

Dans un communiqué mis en ligne par le FLNKS, Louis Mapou, chef du groupe UNI-FLNKS (Union Nationale pour l’indépendance) et son homologue de l’UC-FLNKS (Union calédonienne), Pierre-Chanel Tutugoro, indiquent avoir “déposé conjointement” une lettre au président du gouvernement, Thierry Santa (loyaliste). “Les membres du gouvernement [indépendantistes] présentent leur démission”, stipule cette lettre. L’information a été confirmée par des sources gouvernementales.             

L’une des raisons invoquées par le FLNKS est le “processus de vente ” de l’usine de nickel du groupe brésilien Vale “qui fait primer les intérêts des multinationales sans considération des aspirations des populations locales”.    

Articles Similaires

Ouganda : l’opposant Bobi Wine réclame en justice l’annulation de la présidentielle

plusprestv

RDC: Alexis Thambwe Mwamba, proche de l’ex-président Kabila, soupçonné de détournements de fonds

plusprestv

Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé “libres de rentrer en Côte d’Ivoire quand ils le souhaitent” (président Ouattara)

plusprestv